Face aux inquiétudes persistantes concernant la pandémie de COVID-19, l’année 2021 a fait état d’une période de reprise économique pour le Canada, malgré la persistance d’un ralentissement général du marché du travail et l’impact disproportionné sur les travailleuses et travailleurs vulnérables. Les contraintes persistantes de l’offre de produits alimentaires et de biens durables, conjuguées à la hausse des prix de l’énergie, ont également poussé l’inflation au-delà de la cible de 2 % fixée par la Banque du Canada. La croissance du PIB mondial pour l’année s’est également établie à environ 6 %, mais elle devrait se ralentir en 2022 et 2023, à mesure que la demande refoulée et les politiques de relance s’atténuent.

L’année dernière, le tissu industriel canadien a poursuivi sa lancée pour les plateformes numériques, jugées essentielles à la survie des entreprises en ces temps incertains. L’évolution de la transformation structurelle de l’industrie canadienne a également signalé des tendances claires en faveur des secteurs liés à l’environnement. La dernière édition de l’étude du CTIC intitulée, Aperçu des talents numériques, prévoit une augmentation considérable de l’emploi d’ici 2025 dans les secteurs de l’écotechnologie et des ressources propres, soit environ 352 000 et 185 000 travailleuses et travailleurs respectivement. Le secteur de l’alimentation et de l’agroalimentaire est également considéré comme un secteur en plein essor, avec une demande accrue de 49 000 travailleuses et de travailleurs supplémentaires d’ici à 2025. Si ces tendances sont encourageantes, l’accélération de la transition vers une croissance durable nécessitera des interventions politiques ciblées au cours des prochaines années pour soutenir la transition des entreprises et influencer le comportement des consommatrices et des consommateurs.

En 2021, le CTIC a continué de façonner un programme numérique tourné vers l’avenir pour le Canada en dirigeant et en prenant la parole lors de plus de 80 forums, conférences et tables rondes sur les politiques nationales et internationales. En nous appuyant sur notre vaste réseau et sur notre proposition de valeur unique en tant que centre d’expertise neutre pour l’économie numérique, nous avons continué à faire progresser un programme de recherche et de politique solide, ancré dans des programmes innovants de développement des talents et des capacités des entreprises. Nos recherches, tournées vers l’avenir, et nos conseils stratégiques, fondés sur des données probantes, ont porté sur une variété de questions essentielles, allant des technologies perturbatrices aux compétences et aux talents en demande, en passant par l’évolution des marchés du travail, les secteurs de croissance, l’attraction des investissements étrangers, l’économie des données, la propriété intellectuelle et l’inclusion économique et sociale.

Nous avons également conçu et mis en œuvre une variété de solutions clés en matière de talents et de main-d’œuvre ciblant les jeunes, les femmes, les Autochtones, les nouvelles arrivantes et les nouveaux arrivants, et les personnes en transition de carrière. Parmi les projets clés, citons l’AIT numérique, le programme de stages pratiques pour étudiantes et étudiants; le programme Digital Dash 2.0 pour les élèves des écoles intermédiaires et secondaires; le programme Accueil des talents à l’échelle mondiale (Go Talent) qui met en relation les talents internationaux en TIC avec les entreprises canadiennes; le programme Edge Up 2.0 en partenariat avec Calgary Economic Development pour aider les travailleuses déplacées et les travailleurs déplacés du secteur pétrolier et gazier à faire la transition vers des carrières numériques en demande; le programme CyberTitan, une initiative d’éducation et de concours sur la cybersécurité pour les jeunes, destinée aux élèves des écoles intermédiaires et secondaires; ainsi que le programme ontarien Nouveau départ dans la technologie financière (fintech), qui aide les nouvelles arrivantes et les nouveaux arrivants à développer leurs compétences numériques dans les secteurs de la chaîne de blocs(blockchain) et de la technologie financière (fintech).

En 2022, le CTIC continuera d’étendre sa présence régionale et sa visibilité internationale, et d’avoir un impact positif sur la croissance économique, la création d’emplois et l’environnement, tout en favorisant un avenir numérique inclusif et partagé pour les Canadiennes et Canadiens. Nous abordons également l’année 2022 avec optimisme, car c’est l’année de la création d’un récit fort sur la reprise économique et les perspectives numériques du Canada. Nous commençons l’année avec le Sommet du CTIC sur l’avenir numérique, les 1er et 2 février, qui réunira plus de 60 intervenantes nationales et internationales et intervenants nationaux et internationaux et plusieurs milliers de participantes et de participants dans le but d’élaborer un discours critique sur les fondements d’une économie durable d’inspiration numérique.

J’aimerais conclure en remerciant tout particulièrement tous nos partenaires et intervenantes et intervenants pour leur précieux soutien et leur confiance dans notre mandat, les membres du conseil d’administration pour leurs idées et leurs conseils, ainsi que notre personnel très talentueux pour sa remarquable ingéniosité et sa passion à faire progresser des objectifs importants pour le Canada.

Je vous souhaite à toutes et à tous une année 2022 pleine de santé et de prospérité!

Namir Anani
Président-directeur général du CTIC

© 2024 Conseil des technologies de l'information et des communications

Site conçu par The Art Department

Retour en haut